Accès rapide : Aller au contenu |  Aller au menu |  Plan du site |  Texte seul  |  Contact | 
Châteaubriant écologiste et solidaire

Notre liste est une alternative sérieuse à la politique locale

Accueil > Libre expression > Statistiques INSEE Châteaubriant

Statistiques INSEE Châteaubriant

Mis en ligne le mardi 10 mars 2020

Malheureusement, en raison du nombre de tableaux, cette page n’est pas très accessible aux personnes déficientes visuelles.

Statistiques Châteaubriant

Voici quand même quelques éléments :

A partir des résultats des recensements, l’INSEE établit des comparaisons ville par ville. Voici la dernière qui concerne Châteaubriant. Vous pouvez contrôler ici 

Population :
2011 : 12 007 habitants
2016 : 2011 habitants

Selon les âges :

  • 0 à 14 ans
    • 18 % en 2011
    • 16,6 % en 2016
  • 15-29 ans
    • 15,8 % en 2011
    • 15,8 % en 2016
  • 30 à 44 ans
    • 16,5 % en 2011
    • 15,1 % en 2016
  • 45 à 59 ans
    • 20,6 % en 2011
    • 20,1 % en 2016
  • 60 à 74 ans
    • 16,3 % en 2011
    • 18,8 % en 2016
  • 75 ans ou +
    • 12,8 % en 2011
    • 13,6 % en 2016

Donc Population en baisse ( - 153 hab), baisse du nombre d’enfants, déficit dans les 30-44 ans. Hausse importante des plus de 60 ans (+ 353 hab).

 Taux de natalité en baisse :

  • 1999-2006 : 11,4 %
  • 2006-2011 : 10,8 %
  • 2011-2016 : 9,2 %

 Taux de mortalité en hausse :

  • 1999-2006 : 10,4 %
  • 2006-2011 : 10,0 %
  • 2011-2016 : 11,5 %

 Sexe : 5482 hommes et 6372 femmes en 2016

  • 0 à 19 ans : 1358 hommes, 1360 femmes
  • 20 à 64 ans : 2906 hommes, 3167 femmes
  • 65 ans ou plus : 1217 hommes, 1845 femmes.

Les femmes sont plus nombreuses à tous les âges !

 Vie sociale :

  • Hommes seuls : 791 en 2011 et 908 en 2016
  • Femmes seules : 1379 en 2011 et 1485 en 2016
  • Ménages avec famille(s) : 9225 en 2011 et 8965 en 2016

Le pourcentage de personnes seules est passé de 23,5% en 2011 à 26,7% en 2016

Statut conjugal des personnes de 15 ans ou plus en 2016 :
47 % mariés et 53 % non mariés.

 Logements :

  • Résid.principales : 5633 en 2006, 4426 en 2011, 5647 en 2016
  • Résidences secondaires et occasionnelles : 66 en 2006, 79 en 2011, 109 en 2016
  • Logements vacants : 420 en 2006, 737 en 2011, 634 en 2016.

Le taux de vacance est de 11,7 % à Châteaubriant

Le confort des résidences principales est bon : 98 % avec baignoire ou douche.

Le type de chauffage peut poser des problèmes de précarité énergétique : 33 % de chauffage à l’électricité.

83 % des ménages ont au moins une voiture. C’est quasiment indispensable vu le manque de transports en commun.

 Diplôme le plus élevé en 2016 :

  • Aucun diplôme ou au plus BEPC, brevet des collèges :
    • 32,2 % des hommes
    • 45,7 % des femmes
  • CAP ou d’un BEP
    • 33,8 des hommes
    • 22,8 des femmes
  • Baccalauréat (général, technologique, professionnel)
    • 15,8 des hommes
    • 12,3 des femmes
  • Diplôme de l’enseignement supérieur
    • 18,2 des hommes
    • 19,2 des femmes

Il est inquiétant de voir le faible niveau de formation des femmes, sauf au niveau de l’enseignement supérieur.

 Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans :

  • Nombre de chômeurs
    • 871 en 2016
    • 722 en 2011
  • Taux de chômage en %
    • 18,0 en 2016
    • 14,5 en 2011
  • Taux de chômage des hommes en %
    • 15,0 en 2016
    • 12,3 en 2011
  • Taux de chômage des femmes en %
    • 20,9 en 2016
    • 16,8 en 2011
  • Part des femmes parmi les chômeurs en %
    • 57,9 en 2016
    • 56,8 en 2011

Finalement, il y a eu augmentation du taux de chômage, et davantage chez les femmes. D’autres chiffres:montrent que le travail à temps partiel frappe 5 fois plus les femmes que les hommes.

 Part de travail à temps partiel :

Le travail à temps partiel a augmenté, il concerne beaucoup plus les femmes que les hommes.

Temps partiel

 Transports :

Etude faite sur les personnes ayant un emploi. On peut noter l’importance de la voiture et l’absence de transports en commun (1,4%) et la faible utilisation des deux roues.

Moyens de transport

 Revenus et pauvreté en 2016 :

A Châteaubriant le revenu médian net est de 18 494 €/an : 50 % de la population est au-dessous de 1541 €/mois.
Le taux de pauvreté moyen est de 18 % 
et

  • 31 % chez les 30-39 ans
  • 26 % chez les 40-49 ans
  • 14 % chez les 50-59 ans
    (il n’est pas indiqué pour les autres).

 Comparaisons :

Châteaubriant : revenu médian : 18 494  ; Taux de pauveté : 18 %
Nozay  : revenu médian : 19 868  ; Taux de pauveté : 11 %
Derval  : revenu médian : 19 137  ; Taux de pauveté : 13 %
Ancenis  : revenu médian : 20 601  ; Taux de pauveté : 12 %
Nantes  : revenu médian : 21 513  ; Taux de pauveté : 16 %

Comme dit Monsieur Not’Maire nous sommes toujours les premiers.

Comme dans tout calcul, la moyenne et la médiane masquent les réalités. C’est pourquoi l’INSEE découpe la population en « déciles ». Chaque décile couvre 10 % de la population.

Châteaubriant Revenu médian

  • pour le 1er décile 10 320 €/an
  • pour le 9e décile 31 194 €/an

Cela veut dire que, dans la population la plus pauvre, la moitié ont moins de 10 320 euros par an, soit moins de 860 €/mois, en comptant tout : revenus d’activité et prestations sociales.

 Resto du cœur :

Selon Ouest-France du 6 mars 2020, entre le 20 novembre et le 4 mars, quelque 130 familles, soit 325 personnes, ont été accueillies au Resto du Cœur à Châteaubriant. L’hiver dernier, le décompte s’était arrêté à 115 foyers, pour 289 personnes. Cela fait une hausse de 12,5 %.

En incluant les demandeurs occasionnels, le public des Restos aura dépassé les 470 bénéficiaires cet hiver, pour une distribution correspondant à 25 300 repas.

Rappelons que le C’Bus, dans ses itinéraires, n’a prévu aucun arrêt à proximité.

 Salaire net horaire moyen en 2016 :

  • De 18 à 25 ans
    • 9,3 € pour les hommes
    • 9,3 € pour les femmes
  • De 26 à 50 ans
    • 12,3 € pour les hommes
    • 11,0 € pour les hommes
  • Plus de 50 ans
    • 15,8 € pour les hommes
    • 12,2 € pour les hommes

Avec d’importants écarts de salaires au détriment des femmes surtout à partir de 50 ans. (Mesdames, en vieillissant vous ne valez plus grand-chose !)

Ouest-France-10.03.2020
Ouest-France-10.03.2020-suite